Economiser au fur et à mesure 

La rentrée des classes approche et les parents s’attèlent à apprêter les fournitures scolaires de leurs enfants.

Jour-j-2 pour la rentrée scolaire. Sacs, cahiers, stylos, livres… sont autant de fournitures dont les élèves auront besoin pour débuter les classes le 6 septembre prochain. C’est le moment pour les parents de tout apprêter pour que leurs enfants ne manquent de rien en classe. Au marché et dans les supermarchés, c’est l’agitation autour des rayons abritant les fournitures scolaires. Certains parents se renseignent encore sur les prix « pour savoir quel somme  allouer à la rentrée scolaire des enfants », explique Line Marquise, parent d’élève.

Pour acquérir l’argent nécessaire pour préparer cette rentrée, chaque famille a trouvé une solution idoine. Lambert Okpwe, opérateur économique, commence dès septembre de chaque année à préparer la rentrée suivante. « Je mets en moyenne 10.000 F par  mois en banque dès septembre. Cette année, j’avais 210.000 F en banque et j’ai déjà prélevé 60.000 F pour assurer l’essentiel de la rentrée scolaire. Les 150.000 F restants c’est pour les frais d’examens et les imprévus », affirme-t-il. S’il prépare pendant plusieurs mois la rentrée scolaire, d’autres préfèrent entrer dans les tontines et en septembre pour y emprunter de l’argent. C’est le cas de Martine Owona qui compte prêter 50.000 ou 100.000 F pour acheter le nécessaire afin que ses enfants commencent l’école à temps. Encore, certains attendent le salaire du mois d’août pour commencer l’achat des livres, cahiers, et même l’inscription.

Cahiers de stars 

Les fabricants utilisent l’image des célébrités pour faire évoluer leurs produits.

C’est le grand arrivage des fournitures scolaires dans les grandes surfaces de la capitale. A la façade principale de certains magasins,  des comédiens aux accoutrements drôles, micro à la main, invitent les nombreux passants à y faire un tour au moyen d’une boutade.  A certains endroits, ce sont des haut-parleurs qui crachent à plein volume des sonorités les plus prisées de l’heure, entrecoupées de messages vantant les prix. Les commerçants usent de toutes les formules pour faire courir parents et élèves. Certaines grandes surfaces de Yaoundé ont mis de gros moyens en jeu. Hôtesses, véhicules de promotion et gadgets sont mis à contribution.

A l’intérieur sur les étals, les fournitures scolaires occupent le plus grand espace. Entre fabricants, on dirait une compétition par stars interposées. Tous ou presque utilisent le même manège : coller aux fournitures scolaires les visages des grandes célébrités de la planète. De la politique, en passant par le sport, le cinéma et la musique, les commerçants ne sont pas allés de main morte. Les images de Barack Obama, Lionel Messi, Samuel Eto’o Fils, Jack Bauer, Shakira et autres vedettes de renom font la couverture de bon nombre de cahiers. Même les tout petits ne sont pas lésés. Sangokou, Aladin, La petite princesse et Tortues Ninja, leurs vedettes préférées les attendent à bras ouverts.  D’après Mireille Mbéga, commerçante d’une boutique située au marché central, «ce sont les parents eux-mêmes qui nous ont demandé d’utiliser les stars sur les couvertures des cahiers afin de pouvoir intéresser leurs enfants.» Dans une autre surface située non loin de là, une autre commerçante est du même avis. «Ce sont les enfants qui exigent les dessins animés et les stars sur leurs effets», lance-t-elle.

Quant à la fourchette des prix, elle varie d’un rayon à l’autre. Par exemple, pendant qu’ici un cahier de 288 pages coûte 650, ailleurs on retrouve le même cahier à 590 francs.